Économie
Tendances

Le Congo et la RCA projettent l’interconnexion via fibre optique pour 2020.

Léon Juste IBOMBO, Ministre des Postes, Télécommunications et de l’Economie numérique et son homologue centrafricain, Justin Gourna ZACKO se sont accordés, le 20 novembre, à Brazzaville, sur la nécessité d’accélérer le processus de concrétisation de ce projet financé par la Banque Africaine de Développement (BAD).

Le Congo et la RCA seront bientôt connectés à la fibre optique dans le cadre du projet Central africain Backbone (CAB). En effet, le câble sera posé sur le lit du fleuve à partir de Pokola jusqu’à Bomassa en passant par Ouesso et Kabo, soit un trajet de 136 km de sous-fluvial. Ainsi, arrivée à la frontière congolo-centrafricaine (Bomassa), la fibre optique continuera sur le territoire centrafricain jusqu’à Bangui en passant par Salo, soit 147 km. Si du côté congolais les choses semblent assez avancées, après l’ouverture des offres en attendant l’avis de non-objection de la BAD, principal bailleur, la RCA a encore des étapes à franchir.

« Au niveau de la République centrafricaine, nous sommes sur les études afin de choisir l’entreprise qui va exécuter les travaux d’interconnexion. Nous avons déjà pu mettre en place l’unité de coordination. Les études sont en train d’être faites et je pense que dans un très proche avenir, elles seront disponibles ; mais nous nous acheminons vers la fin de l’année afin de conclure tout cela », a expliqué le ministre centrafricain à sa sortie d’audience.

Le coordonnateur national du projet CAB, Yvon Didier Miehakanda, insiste, de son côté, sur l’harmonisation du processus d’interconnexion afin de s’assurer de la qualité des matériels à utiliser et la nécessité de travailler ensemble sur les plannings pour éviter le fait qu’une partie soit plus en avance que l’autre. Une inquiétude comprise par la partie centrafricaine : « L’objectif principal de mon arrivée ici est que les études de surveille ont été déjà faites depuis le Congo jusqu’à Salo en territoire centrafricain. C’est la coordination congolaise qui a mené ces études. Donc, je suis venu voir mon homologue parce qu’étant entendu qu’une partie de ce tronçon se trouve sur le sol centrafricain, comment allons-nous faire pour que cela soit géré convenablement Les travaux dureront sept mois entre les deux pays », a poursuivi Justin Gourna Zacko.

En effet, d’après le ministre centrafricain des Postes et télécommunications, son homologue a trouvé la juste solution en lançant déjà ces études qui méritent d’être poursuivies. « Donc, l’exécution du projet va se faire par le Congo et les deux pays vont s’entendre sur le tronçon de la frontière Bomassa jusqu’à Salo, long de 146 km pour que le Congo soit rentré en possession de ce qu’il a déboursé dans ce projet. Etant entendu que c’est le même bailleur, nous n’allons pas avoir beaucoup de problèmes. Mon coordonnateur a rencontré son homologue du Congo, le travail technique a été fait, maintenant il va être soumis aux ministres qui y apporteront à la très haute attention des autorités des deux pays pour que le bailleur puisse prendre en compte ce que le Congo a déboursé », a-t-il conclu.

Notons que le Congo qui a évalué les solutions attend actuellement la validation finale de la BAD qui devrait arriver dans les dix prochains jours. Cette validation permettra de signer, d’ici à la fin de l’année, un contrat avec l’opérateur. « Nous avons une difficulté supplémentaire due au fait que les travaux se feront en sous fluvial sur la Sangha. Or, la hauteur de l’eau nous empêche de travailler entre janvier et mai. Donc, de toutes les manières, les travaux de cette interconnexion ne pourront pas commencer avant le mois de juin. Dès que nous lançons les travaux, nous pensons qu’en sept mois, l’interconnexion sera effective, donc au mois de janvier 2020 », a annoncé Yvon Didier Miehakanda en présence de son homologue centrafricain, François-Xavier Dekoupou.

Publicité
Mots clés
Montre plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Adblock détecté

Pensez à nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité.