Économie
Tendances

Le parquet de Tokyo à la charge dans l’Affaire Carlos Ghosn.

Le parquet de Tokyo animé, pour la première fois depuis l’arrestation de Carlos Ghosn, une conférence de presse sans révéler des éléments précis relatifs aux investigations sur les malversations financières supposées du patron du numéro un mondiale de l’automobile Renault-Nissan Mitsubishi Motors. Seulement voilà, le fait que le parquet ait choisi de tenir cette conférence de presse le même jour et à la même heure que la réunion du Conseil d’Administration de Nissan ne serait pas une coïncidence.

Pour la première fois depuis l’arrestation de Carlos Ghosn, le parquet de Tokyo a donné une conférence de presse sans rien dévoiler de précis au sujet de ses investigations sur les malversations financières supposées du patron du numéro un mondiale l’automobile Renault-Nissan- Mitsubishi Motors. Mais le fait que le parquet de Tokyo a choisi de tenir sa conférence de presse le même jour et à la même heure que la réunion du conseil d’administration de Nissan n’est pas une coïncidence.

Le parquet de Tokyo veut ainsi signaler qu’il continue de déployer toutes les ressources à sa disposition pour accumuler les charges contre Carlos Ghosn et étendre ses investigations au groupe Nissan lui-même, rapporte notre correspondant à Tokyo Frédéric Charles. Mais il refuse de dire si le patron de l’alliance automobile Renault-Nissan-Mitsubishi reconnaît ou non voir minimisé pendant cinq ans le montant de sa rémunération aux autorités boursières du pays ou de s’être constitué à l’étranger un réseau de résidences de luxe acquises par Nissan.

Shinkuki Moto, le numéro 2 du ministère public de Tokyo, ne dit pas non plus s’il recherche l’aide d’autorités judicaires à l’étranger pour en savoir plus. Le ministère public laisse fuir les révélations par voie de presse sans qu’il soit possible de vérifier leur caractère illégal. Selon le journal Yomiuri Shimbun, Carlos Ghosn aurait fait verser depuis 2002 un salaire de 100 000 dollars par an à sa sœur à titre de conseillère spéciale. D’après le journal Asahi Shimbun, Carlos Ghosn a demandé par courriel à Greg Kelly, administrateur américain de Nissan, bras droit du patron lui aussi mis en cause, de falsifier ses déclarations de revenus. Des messages qui pourraient être utilisés comme preuve par la justice japonaise.

Pour assurer sa défense, le patron français a désigné un ancien responsable du parquet de Tokyo.

Publicité
Mots clés
Montre plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Adblock détecté

Pensez à nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité.